Pour mieux comprendre ce Conseil Communal du 23/11/2017 et pour ceux qui n’auraient pas tout suivi, un petit rappel.

Élections communales 2012 : 8 sièges pour Gedinne 2012 (liste de Vincent Massinon) contre 7 sièges pour l’Équipe (liste de Xavier Michaux). Quelques mois après son élection, Stéphanie Gendarme de la liste « L’Équipe » quitte son groupe et siège comme indépendante. Dans les faits, elle renforce par son vote la liste du Mayeur à laquelle elle n’adhère pas vraiment mais dont elle épouse quasi systématiquement les idées et propositions. Février 2017, Stéphanie Gendarme, prend un repos d’accouchement et est tout naturellement remplacée par son ex-colistier, de l’époque où elle siégeait encore dans le groupe l’Équipe, c’est-à-dire Christophe Léonard. Congé de maternité terminé, celle-ci reprend son mandat en mai pour, en démissionner presque aussitôt. Rebelote, Christophe Léonard la remplace, cette fois définitivement. On en est donc là : majorité 8 sièges, minorité 7 sièges.

Et donc,  les premiers points de ce conseil du 23/11 concernent le remplacement de Stéphanie Gendarme dans les différents mandats qu’elle occupait dans certaines instances, organismes et intercommunales.

Et ça bloque de suite : il faut élire un remplaçant pour le comité de concertation commune/CPAS : la majorité propose Daniel Normand, et l’Équipe, en toute logique, Christophe Léonard. Sylvianne Simon en désaccord avec son groupe, appuie Christophe Léonard qui est donc élu. 1 er accroc !

Les points suivants concernent des ordres du jour d’assemblées générales d’intercommunales : BEP, Idefin, Ores, Inasep. Tout cela passe comme une lettre à la poste, à l’unanimité.

Le point 12 est moins rébarbatif, il s’agit de donner un nom à une voirie agricole et forestière de Rienne qui s’appellera dorénavant « Chemin de l’Ange Gardien ». Cela devrait permettre à un jeune couple d’entrepreneurs d’y installer le siège de leur société (gîte, élevage, agriculture…). Tous nos vœux de réussite à eux.

Après, cela commence à se corser.

La majorité propose d’aménager pour l’école communale de Gedinne, deux nouvelles classes et de reclasser la Maison de l’Emploi qui occupait ces locaux sur le site du lycée.

L’opposition s’étonne de ce choix : la Maison de l’Emploi se retrouverait dans un site non rénové, avec une cour en état lamentable. Cela prouverait qu’il n’y avait pas et qu’il n’y a toujours pas de vue globale pour l’aménagement du lycée, on travaille au cas par cas, n’importe comment, on se disperse.

Nous rejoignons en partie ce constat. En effet, nous avions proposé fin 2015, à l’occasion de notre «bilan de mi-mandat», un ambitieux projet d’affectation des bâtiments de l’ancien Lycée (ce document est toujours accessible sur notre site à l’adresse : http://gedinne.ecolo.be/2015/12/19/gedinne-ecolo-fait-aussi-son-bilan/).

En partie seulement puisque nous étions plutôt favorables à l’implantation de la Maison de l’Emploi – qui manque actuellement d’espace suffisant pour ses activités – sur le site de l’ancien lycée… mais dans le cadre d’un projet global réfléchi, bien évidemment !

Le Bourgmestre rétorque que la Maison de l’Emploi s’installera courant 2019 au lycée, dans des locaux 100 % rénovés, et ce en parfait accord avec le Forem. Il nous apprend également que l’UPTR (Union Professionnelle des Transporteurs Routiers) y dispensera des cours décentralisés de remise à niveau pour les chauffeurs poids lourds. Des formations pour les aides familiales et aides soignantes s’y dérouleront également.

Il renchérit, précisant que l’action du Collège a été de regrouper tout le sport, tout le culturel et tout l’enseignement dans des implantations uniques et rassemblés par domaine. Le dossier est, pour lui, mûrement réfléchi depuis deux ans : punt aan de lijn !! On vote !! Majorité contre opposition.

Vient le clash.

Le dossier sensible est celui d’un projet de développement du tourisme dans le cadre du « Massif forestier de la Vallée de la Semois et de la Houille ». Les communes concernées, Gedinne, Bièvre et Vresse proposent des projets largement subsidiés par le Ministre René Collin.

Gedinne a choisi la création d’un sentier de découverte autour de l’étang de Boiron : il s’agit d’un «cône de naturalité, cheminement à travers la forêt, aux bords de l’étang (caillebotis), sur l’eau (cabane d’observation de la faune aquatique), et jusqu’à la cime des arbres (cabane surélevée). Ce parcours doit permettre au visiteur de quitter le monde urbain pour se plonger dans la nature sauvage et en découvrir tous les secrets » Déjà presque un dépliant touristique !!!

Emprises sur terrains appartenant à NATAGORA. Pour les travaux, l’investissement serait de 1,3 million d’euros, avec une participation communale de 160 000 €. Pas rien !

Vincent Massinon rappelle qu’une journée de touriste équivaut à 30 € de dépenses sur la commune et qu’un thème était imposé : « L’eau et les défis ».

Pour l’opposition, la dépense paraît bien importante et elle déplore que celle-ci se fasse sur un site privé qui ne profitera qu’à un indépendant situé à proximité (Hôtellerie de Boiron). « Il faut le voir pour le croire !!! »

Véronique Léonard aurait préféré voir investir ces sommes dans des sites communaux qui sont souvent peu suivis : la Croix-Scaille, la vallée de la Houille. Bruno Mathieu donne comme exemple la Ferme Jacob, où le locataire doit apporter sa vaisselle.

Sylvianne Simon n’est pas pour: selon elle, le projet deviendra vite un petit « Chevetogne » où il faut injecter des capitaux élevés chaque année, un gouffre ! De plus, ce projet ne profite qu’à Boiron…. « Pour cela, il y a de l’argent, mais pour tenir ses promesses électorales comme l’installation d’abreuvoirs pour les agriculteurs, il n’y en a pas. On fait des cadeaux de 25 % sur les locations de chasse, mais pour les commerçants et les agriculteurs, il n’y a rien ! ».

Le Mayeur, reproche encore à l’opposition de ne pas vouloir regarder de l’avant, et de dépit, propose de passer au vote.

Et pour la troisième fois en ce conseil, la majorité est renversée, Sylvianne Simon joint sa voix à celle de la minorité. Le méga projet est donc rejeté.

Notons que c’est déjà le troisième projet pour ce site, qui est rejeté en une vingtaine d’années.

Cette soirée promet une fin de législature difficile pour le Collège ; après 5 années d’écrasement, de manque de dialogue et sans écoute, la minorité doit savourer l’instant…..

Qui y gagne finalement ?????????

Points supplémentaires, introduits par l’opposition.

Demande de solliciter l’avis du Directeur financier conformément à l’article L1122-24 du Code de la Démocratie Locale et de la Décentralisation, quatre points sont ajoutés à l’ordre du jour du conseil communal du jeudi 23 novembre 2017.

  1. Demande de solliciter l’avis du Directeur financier conformément à l’article L-1124-40 concernant l’intégration de la circulaire ministérielle du 19 avril 2013 relative à la valorisation de certains barèmes.
  2. Demande de convoquer une concertation syndicale conjointe commune-CPAS pour soumettre la modification du statut pécuniaire du personnel concerné par l’intégration de la dite circulaire.
  3. Demande de convoquer une concertation syndicale avec la commune-CPAS concernant le recrutement d’agents techniques statutaires par constitution préalable d’une réserve de recrutement et fixation des conditions requises pour l’épreuve pratique de sélection, afin de compléter les cadres du personnel statutaire de la commune et du CPAS.
  4. Demande de solliciter l’avis du directeur financier conformément à l’article L-1124-40 concernant ce recrutement.

Avis de la Directrice générale:

Dans un rapport lu par le Président, celle-ci rappelle que son rôle est de constater toutes irrégularités dans la gestion communale. Pour elle, il y a ici irrégularité car il n’appartient pas au conseil communal de traiter ces points.

Leur formulation poserait aussi question.

Sur ces bases, Julien Grandjean propose que le conseil communal se déclare incompétent pour traiter ces points.

(La teneur de l’avis de la Directrice générale est contestée (informations incorrectes) par l’opposition et par Sylvianne Simon). D’autre part, il règne une certaine hilarité au sein du groupe l’Équipe pour qui c’est bien la première fois que la majorité avoue son incompétence et propose même de la voter !!!! La Directrice générale est ici la cible d’une attaque en règle de Sylvianne Simon, qui lui reproche de ne relever que les « irrégularités » qui l’arrangent. Le Président du Conseil Communal demande à la présidente du CPAS de ne pas lancer d’attaques personnelles et souhaite que l’incident soit clos.

Au vote : 7 oui, 7 non, 1 abstention (Sylvianne Simon qui signale qu’elle « s’en fout »). Donc, rejeté.

Ce sera donc traité point par point:

  1. L’opposition suppose que la majorité sera contre, pour se conformer à l’avis de la Directrice générale.
    8 oui, 7 non. Donc, approuvé.
    (L’opposition demande de recalculer les barèmes)
  2. 8 oui, 7 non. Donc, approuvé.
  3. 8 oui, 7 abstentions. Donc, approuvé.
  4. 8 oui, 7 abstentions. Donc,approuvé.

La majorité se retrouve donc mise en minorité pour la seconde fois depuis le congé de maternité de Stéphanie Gendarme qui, rappelons-le, a été remplacée définitivement suite à sa récente démission du Conseil Communal par Christophe LEONARD du groupe l’Équipe.

Interpellation citoyenne.

Laurent Fournier, de Gedinne – Présence de rats sur la commune de Gedinne.

Laurent Fournier interpelle la commune pour lui demander de lancer une campagne de dératisation, car Gedinne centre et d’autres entités en sont infestées. Ces bêtes risquent de provoquer des dégâts, et des maladies.

Le bourgmestre lui répond que contact a été pris avec une société beaurinoise de dératisation. Ils agiront dans la seconde quinzaine de décembre, puis tous les six mois.

 

 

etoiles700X10-4.jpg

Share This