Notre compte rendu

Comme l’explique très justement Pierre Higuet dans son article de ce samedi dans L’Avenir (voir le lien vers celui-ci que vous trouverez en fin d’article), ce Conseil Communal de jeudi dernier s’est principalement articulé autour des travaux et chantiers prévus par la commune.


Gedinne_Blason.jpgNous ne reviendrons pas en détail sur toutes les décisions qui ont été votées durant la soirée : l’article de Pierre Higuet ainsi que le compte rendu (PV) du Conseil Communal que vous ne manquerez pas de trouver sur le site de la commune ( www.gedinne.be ) vous décriront ceux-ci en détails.

Un point important concernant ces travaux à venir durant la législature 2012-2018 a néanmoins attiré notre attention : le Plan d’Investissement Communal (PIC). Vincent Massinon, bourgmestre, nous a expliqué le principe de ce « nouveau » système de subside sur 4 ans (qui modifie les précédents plan triennal et droit de tirage), qui semble diminuer drastiquement le financement des travaux communaux. La proportion de la part des travaux pris en charge par la Région Wallonne a elle aussi diminué : elle n’est plus que de 50 %. Pour chaque euro investi par la Région Wallonne, la commune doit elle aussi investir un euro, sur ses deniers propres. La commune a donc présenté à la Région Wallonne un Plan d’Investissement Communal à hauteur de 1.235.109,17 €, pour les quatre années à venir.

calculDepensesCommunales-3.jpgUne mauvaise nouvelle a par ailleurs aussi attiré notre attention : pour la deuxième année consécutive, la commune ne recevra pas le subside alloué au fonctionnement de la CCATM (Commission Consultative pour l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité) : 10.000 euros (2 x 5.000 euros) dont la commune aurait pourtant pu faire bon usage ! Il est à espérer que cela ne se produira plus, et que la commune organisera dorénavant ses commissions consultatives – CLDR comme CCATM – avec plus de sérieux et d’attention.

    Echanges intéressants et constructifs

Bien sûr, certaines petites guéguerres ont continué d’émailler l’ambiance du Conseil Communal, mais aux rayons des échanges constructifs, deux moments ont été particulièrement intéressants.

Tout d’abord l’interpellation citoyenne d’Arnold Schelstraete, habitant de Rienne (Cocole), concernant la qualité des eaux de la commune.
Vous n’êtes pas sans savoir que la commune rencontre, depuis toujours, des problèmes d’acidité de l’eau de consommation courante : son pH est trop bas par rapport aux normes autorisées, et cette acidité pose des problèmes de corrosion, et par conséquent, de santé publique. En effet, les conduites en plomb (ou dans tout autre métal ou matériau sensible à la corrosion d’une eau acide) libèrent au passage de cette eau « acide » des ions nocifs pour la santé humaine. Cet aspect corrosif a bien entendu aussi des conséquences sur les résistances de nos chauffe-eaux, sur nos canalisations intérieures, etc (tous les chauffagistes de Gedinne vous le confirmeront !).

fobinet.jpgEtienne Marchal a pris la peine de répondre de manière très complète à Arnold Schelstraete, ce qui nous a permis d’en savoir – et en comprendre ! – plus sur la situation de la distribution de l’eau à Gedinne. Une chose est claire : si les engagements que prend la commune sont suivis d’effets, la situation ne pourra aller qu’en s’améliorant. Bien sûr, l’eau de Gedinne – et plus principalement dans certains de ses villages : Patiginies, Malvoisin, Rienne et Willerzie – restera plus acide que les eaux calcaires du nord de la Wallonie : nous sommes au milieu d’un massif boisé de résineux, et la géologie de notre région ne fait rien pour atténuer le problème. Néanmoins, quand l’ensemble des conduites en plomb auront été remplacées, la question de santé publique sera pour partie résolue… pour peu que chacun en fasse de même chez lui ! De nombreuses habitations plus anciennes de Gedinne sont toujours équipées, à l’intérieur, de conduites en plomb ou autres métaux, qui continueront de libérer les ions toxiques pour la santé. Mais il en va là de la responsabilité des citoyens, de chacun d’entre nous !

Si nous avons soutenu et encouragé Arnold Schelstraete dans son interpellation citoyenne – la question de la qualité de l’eau sur Gedinne continue de nous préoccuper, et nous restons vigilant sur ce point de santé publique – nous ne pouvons que nous réjouir de la qualité de la réponse donnée par la commune en la personne d’Etienne Marchal.
Nous en profitons pour vous rappeler que l’interpellation citoyenne est un droit de chaque citoyen qui désire interpeller publiquement les mandataires communaux sur toute question qu’il juge utile. Certaines règles sont à respecter, comme l’introduction de la question écrite auprès du Collège Communal deux semaines avant la tenue du Conseil Communal (afin de laisser le temps au Collège d’en prendre connaissance, d’en débattre et d’en donner réponse).

plaqueTravaux.jpgUn deuxième temps d’échange intéressant aura été celui entre majorité et opposition sur la question de l’aménagement des abords de la salle « La Tannerie » à Gedinne.

Si le cahier des charges pour le renouvellement du parking de La Tannerie à hauteur de 200.000 euros (HTVA) a été voté à l’unanimité, c’est suite à un dialogue constructif qu’a eu lieu ce vote. Les principaux débats auront concerné la sécurité, et principalement celle des enfants: comment augmenter la sécurité de ceux-ci, lors d’événements et d’activités à La Tannerie, d’ordre publics ou privés (spectacles, mariages, réceptions,…). Il est heureux de voir que ces questions primordiales de sécurité font se rejoindre les avis, permettent un échange cordial et productif entre majorité et opposition. Nous tenions à saluer ce moment et la qualité du dialogue.

    Ambiance générale

Si nous sommes parfois très critiques sur le déroulement du Conseil Communal – que nous trouvons régulièrement désastreux, faut-il le rappeler ?!? -, nous tenions aussi à mettre en avant les moments de
« grâce » de celui-ci.

Surtout, ces moments d’échange et d’explication, constructifs et respectueux, ont prouvé qu’il est possible, de part et d’autre, du côté de la majorité comme de l’opposition, d’entretenir un dialogue… au bénéfice de la commune et de ses citoyens !

Il existe de part et d’autre, des deux côtés de l’assistance, des personnes de qualité, douées de compétences, d’enthousiasme et de volonté de servir la communauté : nous encourageons celles-ci à entretenir les meilleures relations possibles, et surtout, à mutualiser leurs compétences et réflexions, afin de produire les meilleures idées et prendre les meilleures décisions possibles.

*****

Article de Pierre Higuet

Article de Daniel Jeanbaptiste

*****

Share This