Bref et énergique !

Pour démarrer cette séance du Conseil communal, il a été question de la CCATM (Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité).


armoiriesGedinne.jpgUn membre de l’opposition souligne sa déception par rapport au travail réalisé en CCATM. Lors de la dernière réunion, il a ainsi été question du bassin didactique (déjà voté précédemment en Conseil communal) et du SDER (Schéma de Développement de l’Espace Régional) où le débat a été « plus politique qu’autre chose ! ».

Si ça continue comme ça, il craint une désertion des membres de la CCATM qui viennent là pour traiter de dossiers concrets. Nous savons d’ailleurs que la Région wallonne reproche que le collège mette en débat – en information – des dossiers déjà ficelés !

Le bourgmestre précise que c’est bien la partie aménagement des abords du bassin qui a été traitée, pas la réalisation de celui-ci.
Par rapport au débat sur le SDER, le mayeur estime que les membres de la CCATM auraient du se préparer à ce dossier important, en l’ayant étudié précédemment.

Rappelons qu’un membre Ecolo de la CCATM avait proposé au bourgmestre de réaliser une petite présentation PowerPoint pour expliquer – en résumé – en quoi consistait cette nouvelle version du SDER ; proposition qui a été refusée par le bourgmestre.
De notre point de vue, la CCATM aurait eu tout à gagner en recevant cette information préalable ; ce qui lui aurait permis de mener son travail consultatif dans de meilleures conditions. Information et consultation vont de pair, surtout pour un dossier plus technique comme celui-ci.

bassin.jpgQuant à la réalisation du bassin didactique, elle n’a été abordée dans aucun lieu consultatif où les citoyens auraient pu recevoir de l’information et donner leur avis.

Nous ne comprenons pas très bien comment la commune se permet d’engager avec autant de légèreté les finances communales, maintenant pour sa construction, mais encore et surtout pour son exploitation dans les années à venir, sans qu’un minimum de débat démocratique ait pu avoir lieu, dans les instances prévues à cet effet (dont la CCATM).  La population gedinnoise est deux fois prise en otage dans ce projet : la construction de la piscine se fera sur fonds propres de la commune – l’argent du contribuable gedinnois -, et cette piscine coûtera chaque année à la population gedinnoise pour son exploitation, son entretien, sa gestion… sans qu’aucun « business plan » digne de ce nom ne donne la moindre idée de ce que cela va coûter.

Pas étonnant que certains membres de la CCATM ramènent la question, donc !

Bonne nouvelle pour l’économie locale !

En décembre dernier, le ministre Philippe Henry a donné son accord pour l’extension du zoning de la Gare. La locale Ecolo a été consultée sur cette extension et a bien évidemment soutenu l’initiative communale.
Le Conseil communal a donc décidé d’élaborer un « Plan Communal d’Aménagement », et d’en confier sa réalisation au BEP.

iconeRit.jpgBien-sûr, ce nouveau parc d’activité économique de 5 hectares ne sera pas prêt avant plusieurs années, mais c’est un dossier qui avance, et nous nous en réjouissons. L’économie locale a bien besoin de souffle et cette perspective devrait faire quelques heureux parmi les patrons locaux !

L’ADL (Agence de Développement Local) pourrait aussi promouvoir ce nouvel outil pour dynamiser l’économie gedinnoise !

Ensuite, quelques travaux et achats ont été annoncés :
– la rénovation des infrastructures du Football de Vencimont. Ce point a été reporté au prochain conseil suite à l’appel d’un membre du comité pour proposer un agrandissement des vestiaires.
– la pose de glissières de sécurité. L’opposition demande que l’on prévoie des doubles glissières pour la protection des motards, et que l’on envisage des glissières en bois.
– l’acquisition par la commune et le placement d’une dizaine de radars préventifs solaires fixes.

Deux points de l’opposition

panneauEcole.jpgL’opposition demande une étude sur la sécurisation de la cour d’école de Patignies : fermer la route, enlever les plots,… Le double accès à la cour crée des problèmes d’accès / sortie et de surveillance ; de même que la route qui traverse les deux implantations.
Le bourgmestre envisage d’écrire aux enseignants pour qu’ils soient plus attentifs à la surveillance des enfants, mais, après débat, finit par accepter une réflexion sur des solutions à trouver pour sécuriser les accès à la cour !

Deuxième sujet concernant la petite enfance, l’opposition souhaite un état de la situation de la crèche. Y a-t-il une liste d’attente, l’offre est-elle suffisante ?

creche1.jpgActuellement, la crèche compte 18 places disponibles et 30 enfants inscrits, qui se relayent au fil de la semaine. Il y a effectivement une liste d’attente, mais qui devrait se résorber au fur et à mesure des entrées à l’école.

Plusieurs pistes d’action ont été envisagées pour palier au manque de places : à court terme, l’ONE a été interpellé pour pouvoir augmenter le nombre d’enfants qui peuvent être accueillis (la surface « au sol » le permet), ce qui permettrait d’avoir 3 places en plus. Possibilité de créer une extension, dans l’actuel garage des ouvriers (4 ou 5 places). Dans le futur, la commune désire étudier la possibilité de créer une nouvelle crèche, par exemple dans l’ancien bâtiment de la polyclinique.
Il est également rappelé qu’il reste aussi des places libres chez des accueillantes.

Share This