Petit conseil communal d’une dizaine de points en l’absence des conseillers Michaux et Léonard et où, même si tout est presque voté à l’unanimité, les petites anicroches entre majorité et minorité nous montrent que la tension est toujours bien palpable.


Avant de voter les deux premiers points du conseil qui consistent en l’adhésion de la commune à l’Association de projet « Lesse et Semois » et à un GAL (Groupe d’Action Locale), la séance commence par une information pour éclairer nos édiles sur ces projets.

lesseSem.jpgL’Association de projet « Lesse et Semois », qui comprend actuellement 8 communes (Bièvre, Vresse, Bouillon, Paliseul, Bertrix, Herbeumont, Daverdisse et Wellin), souhaite créer un parc naturel (n’entendez pas réserve naturelle) qui aurait pour but de :

* – préserver et valoriser le patrimoine et l’identité locale
* – gérer à échelle pertinente les problèmes locaux liés au développement économique et à l’aménagement du territoire
* – favoriser les rencontres entre acteurs locaux et inciter à regrouper les forces pour des projets communs
* – concentrer les moyens financiers

Plus concrètement, c’est l’association de plusieurs communes dans un objectif de développement durable.
La création de ce projet s’étalerait sur deux ans avec un plan d’actions pour 10 ans.

La « quote-part » de Gedinne, calculée en fonction de la population et de la superficie du territoire, serait d’environ 14%, soit environ 10-12.000 € par an pour bénéficier d’un subside de 100.000€.

L’adhésion à un GAL dans le cadre du programme européen LEADER, en partenariat avec les communes de l’Association de projet «Lesse et Semois», est obligatoire pour pouvoir solliciter des subventions.

leadert.jpgAlors que le projet de parc naturel cité plus haut vise plutôt l’aménagement du territoire, le GAL est plutôt axé sur le socio-économique.

Les projets peuvent être tant immatériels que matériels (comme l’acquisition de vélos électriques par exemple, sujet principal encouragé par la locale Ecolo de Gedinne lors de son activité du printemps 2013 !).

Il s’agit d’un partenariat privé-public (50-50) avec une participation financière estimée à +/- 1.700€ pour Gedinne.

C’est comme un PCDR (Plan Communal de Développement Rural) qui serait intercommunal.

Il faudra que la commune choisisse deux représentants qui connaissent bien les problématiques locales et qui feront acte de présence régulière aux réunions, afin de défendre au maximum les projets que l’on pourrait proposer.

Du petit débat qui a suivi la présentation, on retiendra que cette demande d’adhésion est une démarche spontanée du bourgmestre poussée par David Clarinval (dont la commune est déjà partie prenante), et qu’il est tout à fait possible de « prendre le train en marche »

Mais on remarquera surtout la frilosité de la conseillère Simon à l’égard du projet car il n’est pas question pour elle de participer à un projet qui ne verrait pas Gedinne seule bénéficiaire et qui serait lié à l’Europe.

pap.jpgEt le coordinateur de l’association «Lesse et Semois» de rappeler que l’Europe ne donne plus de subside individuel aux communes, que la nôtre manque de dynamisme, et que même si les problèmes ne sont pas tout à fait les mêmes d’une commune à l’autre, nous vivons dans le même bassin de vie.

S’associer pour des projets communs peut nous apporter un plus. D’ailleurs, il nous semble que la commune ne peut pas se permettre de financer sur fonds propre tous les projets susceptibles de la redynamiser.

Les deux propositions ont été votées 12 voix pour et un non de Sylviane Simon. Y aurait-il du schisme dans l’air ???

Les autres points votés à l’unanimité sont :

* – un point lumineux supplémentaire à la rue de la Morie

mainLevee.jpg * – la fourniture d’une tour à hirondelles pour le site Culot (projet subsidié, en remplacement de nombreux nids détruits lors de l’aménagement du site). Reste à voir si la colonie s’y réinstallera.

* – déclaration de vacance pour deux postes de sous-officiers pour le SRI. Jusqu’ici, la commune s’était refusé à ouvrir ces postes, mais elle l’accepte maintenant que la décision risque de lui échapper, suite à la fusion des services d’incendie.

Exceptions :
* – la redevance pour la délivrance de renseignements administratifs pour l’exercice 2015-2019.

Soit 20 € par parcelle cadastrale lors d’une consultation du service de l’urbanisme par un notaire.

→ il est à noter que ce point nous fait plutôt penser à une taxe indirecte pour le citoyen qui devra malgré tout payer au notaire les frais que celui-ci aura dû acquitter pour consulter les services communaux.
→ de plus, le vote de ce point (qui aurait dû être unanime) a fait l’objet d’une remarque du conseiller Suray à l’égard de la conseillère Gendarme qui avait levé la main trop vite. Le Président de séance (Julien Grandjean), dont le rôle est pourtant de trancher en cas de litige sur les votes, n’ayant pas réagi à temps, le vote de la conseillère a donc été considéré comme « abstention » alors qu’elle était « pour ». Elle s’en rappellera, dit-elle !!! Bonjour l’ambiance!

Le point sur le statut administratif et le règlement d’ordre intérieur a été voté 9 voix « pour » et 4 abstentions.

Il s’agissait de prévoir des sanctions disciplinaires en cas d’erreur de pointage. L’opposition faisant remarquer qu’elle a déjà fait savoir qu’elle considérait que l’utilisation de la pointeuse biométrique par les seuls ouvriers était discriminatoire par rapport aux employés. De plus, la position de l’ « Equipe » était de défendre un horaire variable.

aVendre.jpg En ce qui concerne la vente du presbytère de Willerzie, deux offres sont présentées : une à 135.000 € avec conditions particulières et une à 125.000 € sans condition. C’est pour la seconde proposition que votera la majorité. La minorité, qui était contre la vente, votera non ; la conseillère « locale » Sylviane Simon s’abstiendra.

Ce petit conseil se terminera sur des questions orales.

Tout d’abord, Noël Suray déplore le manque de coordination pour les travaux des trottoirs de la rue Gridlet où l’on n’a pas terminé un côté avant d’ouvrir l’autre (y’a comme un air de déjà vu) . De plus, tout est à l’arrêt et donc la rue restera en chantier pour un moment. Le Mayeur fera la remarque à l’entrepreneur mais cela n’est-il pas du ressort du Commissaire voyer ?

Ensuite, il sera question de l’acidité de l’eau dans cette même rue. C’est là que notre bourgmestre ingénieur en chimie – ce qu’il n’a pas manqué de rappeler à deux reprises durant la séance ! – nous expliquera que, dans ce cas-ci, la corrosion est à l’extérieur des conduites et donc n’aurait pas de rapport avec l’acidité de l’eau…mais bien à l’électricité (perte à la terre) ?!?

maillet.jpg
Sur sa lancée, Mr Massinon nous fera part de son avis sur les panneaux photovoltaïques qui pourraient être incriminés dans ces pertes électriques (encore ces boucs émissaires favoris du MR) .

Le Premier promet une étude de l’ULB sur ce problème d’acidité tandis que l’Echevin Marchal est bien d’accord pour que la commune intensifie ses efforts contre l’acidité de l’eau fournie à la population.

La minorité demandera aussi que l’on veille à entretenir les abords des plaines de jeux, ce qui sera fait, promet-on.

Et enfin, la Conseillère Lallemand – de l’opposition – demandera des explications concernant la durée d’installation des forains après la fête.

foire.jpgEn effet, ils sont restés 15 jours aux alentours de la place, ce qui a fait l’objet de plaintes pour manque de parking, surtout pendant la période de vacances.

Le Bourgmestre répondra qu’ils seront plus attentifs à l’avenir à ce que les forains respectent les délais imposés par le règlement communal.

Share This