Du programme du dernier Conseil Communal qui s’est tenu le jeudi 26 mars dernier au Cercle Communal – dont le toit est en pleine rénovation, pour ceux qui ne l’auraient pas remarqué… – nous retiendrons principalement deux «dossiers» : celui du « bassin didactique », défendu par la majorité, et celui du Conseil Communal des enfants, proposé par l’opposition.


Bien sûr, d’autres points, que nous qualifierons de « gestion courante », étaient à l’ordre du jour : nous vous renvoyons vers les articles de Daniel Jeanbaptiste (sudinfo) et Pierre Higuet (L’Avenir) pour en savoir plus sur ceux-ci.

C’est donc le cahier des charges et le mode de passation de marché pour la construction du bassin didactique que la majorité proposait au vote ce jeudi. L’estimation du marché, hors TVA, s’élève maintenant à 532.880,76 €.

badi01.jpgEn l’état actuel, et tant que la Régie Communale Autonome (dont le principal objet est… l’économie de la TVA lors de la construction du prochain bassin didactique !) n’a pas vu le jour, il serait effectivement plus honnête de parler d’un montant de 750.000 € comme spécifié depuis les précédent Conseil Communal (montant en perpétuelle augmentation depuis le début du projet de bassin didactique, faut-il le rappeler ?).

Ce projet de bassin didactique est un véritable feuilleton !

Non seulement, la mise en œuvre de ce projet n’a cessé d’être reportée, mais surtout, son budget grossit à chaque fois qu’on en prononce le nom : en l’état, on peut estimer que son qu’il a simplement… doublé ! Sans compter que ce dossier n’a jamais été évoqué en CCATM (Commission Consultative de l’Aménagement du Territoire et de la Mobilité), organe habilité à émettre un avis sur ce type de projet, envisagé par la commune. La minorité a beau marquer – mollement – et répéter son opposition à ce projet, rien n’y fait : le Collège s’acharne.

badi02.jpgPlusieurs questions restent sans réponse, qui ne sont pourtant pas sans conséquences financières :

Les frais d’architecte ne sont pas repris dans le budget proposé : il est impossible que la commune s’en sorte à moins de 40.000 €… HTVA ! Mais sans doute les honoraires d’architecte seront-ils supérieurs à ce montant…

Les frais d’infrastructure tels que raccordement à la voirie, aux canalisations communales, au réseau de chaleur… ne sont pas estimés dans le budget ! Il ne s’agit pourtant pas de « petits » travaux !

La commune continue de vouloir construire ce bassin didactique sur fonds propres. L’argument premier s’appuyait sur les délais nécessaires à l’obtention d’un (co)financement public pour ce bassin… mais vu le retard pris dans ce projet, cette excuse n’a plus aucun sens ! Le contribuable gedinnois sera donc mis – lourdement – à contribution !

badi03.jpgAucun « business plan » n’a jusqu’ici été proposé : le bourgmestre argumente qu’une telle infrastructure est un service communal, et qu’il n’est donc pas nécessaire que celle-ci soit rentable. Pardon ?!? Cela empêche t-il d’estimer ce que ce bâtiment va coûter, une fois construit, pour sa « gestion quotidienne » ; d’envisager les dépenses et bénéfices que ce paquebot – chalutier, plutôt, vu sa taille de 32 mètres de long par 11 de large – pourrait générer ; d’imaginer des sources concrètes de rentabilité ?!? Quand donc le Collège va t-il se comporter en « bon père de famille » et gérer son budget de manière responsable ?

badi04.jpgC’est finalement assez peu surréaliste que ce soit le groupe Ecolo de la commune qui exige cela d’une majorité… principalement MR ! Certains diront que c’est le monde à l’envers !

Comment et par qui le bâtiment sera-t-il géré au quotidien ? Qui sera en charge, au quotidien, du contrôle de la qualité de l’eau, du bon fonctionnement de l’infrastructure, de sa gestion et de son entretien ? Un maître-nageur sera t-il présent pour accueillir et assurer la sécurité des nageurs ?

Piscine01.jpgPour le moment, le bourgmestre estime que la responsabilité en incombera… aux professeurs de gymnastique qui y viendront avec leurs élèves ! On croit entendre une bonne blague, mais l’argument est paraît-il sérieux. Nous vous proposons d’imaginer deux minutes la scène : le professeur passe à la commune – avec ses élèves – pour récupérer la clef du bassin didactique (ben oui, le bâtiment est fermé, puisque personne ne s’y trouve), rejoint ensuite – avec ses élèves – celui-ci, ouvre la porte, allume la lumière, pousse le chauffage…

Piscine02-2.jpgJusqu’ici, la situation est déjà surréaliste, mais ce n’est pas fini. Nous voici donc avec nos joyeux bambins dans l’eau, à faire des longueurs, qui à la brasse qui en crawl, quand soudain un élève ne se sent pas bien, doit aller aux toilettes… Vu son état, le professeur de gymnastique doit l’accompagner… Caramba, que faire des élèves qui sont dans l’eau, occupés à faire les exercices de natation ?!? PointsInterrogation-2.jpgDeux solutions : soit tous les faire sortir de l’eau, et idéalement les faire rentrer dans le vestiaire, le temps que le professeur s’occupe de l’élève malade… soit demander avec autorité que les élèves attendent pour se noyer que le professeur soit revenu des toilettes ?!? Nous nageons en plein délire, non ?!? Pourtant, pour le bourgmestre et ses collègues échevins, tout baigne !

Vous l’aurez compris : depuis plus d’un an maintenant, et pour encore combien de mois… cela ne semble pas très sérieux et responsable ! Nous attendons plus – et surtout mieux – de la majorité !

Nos demandes sont simples :

Un budget définitivement arrêté qui prenne en compte L’ENSEMBLE de la construction et de l’installation du bassin didactique, y compris les frais d’architecte et le raccordement à la voirie, aux infrastructures et réseau de chaleur. Afin que l’on parle – enfin – en Conseil Communal d’un montant définitif, et que l’on puisse communiquer à la population, de manière transparente, un budget qui prenne en compte l’ensemble du coup de réalisation de ce projet. (De toute façon, nous faisons confiance au Collège : il faudra voter ultérieurement des « rallonges » dans le budget, en cours de construction, ce qui rappellera un précédent chantier… de la maison Languillier !?!) ;

Le passage de ce projet en CCATM, afin que celle-ci puisse émettre un avis argumenté sur le bassin didactique. L’état d’avancement du projet n’excuse en rien le fait qu’il ne soit pas présenté devant cette commission représentative de la population gedinnoise ;

La présentation d’un « business plan » digne de ce nom, qui prenne en compte les coûts de gestion de ce bassin didactique, une fois construit, et propose un plan « pratique et financier » pour celui-ci. Quelles en sont les charges, quelles sont les pistes pour rentabiliser cet « outil », etc. Cela en tenant compte du minimum de personnel nécessaire à « faire tourner la boutique », de manière responsable et sécurisée !

* * *

Le second point sur lequel nous voulions attirer votre attention est le projet déposé par la minorité : la mise sur pieds d’un Conseil Communal des enfants! Belle idée, que nous soutenons, et qui d’ailleurs faisait déjà partie – dans l’esprit – de notre programme, lors des élections communales de 2012.

en.jpgCe beau projet a été rejeté d’un revers de la main par notre bourgmestre, qui estime que… les enfants doivent rester des enfants ! S’en est suivi tout un argumentaire sur le fait que l’on projetait trop tôt les enfants dans le monde des adultes, que par ailleurs une visite de la maison communale était organisée tous les ans pour les écoles, que la plupart des enfants de la commune connaissent les élus et conseillers communaux, et que les enseignants sensibilisent eux-mêmes les enfants au « savoir vivre » en communauté, afin qu’ils deviennent de bons citoyens dans le futur…

Dans quel siècle vivons-nous ?

La plupart des communes avoisinantes ont pris l’initiative de créer de tels Conseils Communaux des enfants, dédiés en général aux enfants de 6ème primaire, qui sont pour la plupart déjà des pré-ados plutôt que de grands enfants !

Juste par curiosité, allez donc jeter un coup d’œil aux récentes initiatives du CC des enfants de Hamois, relayées par MAtélé. Un exemple proche de nous, donc : http://www.matele.be/a-hamois-c-est-le-conseil-communal-des-enfants-qui-commemore-14-18 et http://www.matele.be/hamois-le-conseil-des-enfants-rehabilite-le-bois-du-chaumont. Cela ne donne-t-il pas envie ?

en2.jpgNos aînés comme nos enfants sont riches d’idées et propositions : pourquoi faire l’impasse sur ces avis, la fraicheur de leurs réflexions et initiatives ?!? Alors que notre commune est riche en associations diverses et multiples, que les différentes jeunesses sont actives et dynamiques, notre bourgmestre ne semble pas prendre la mesure du temps, n’entend pas combien la richesse de la réflexion et du travail démocratique se cultive de la prime enfance jusqu’à l’âge de raison ! Aurait-il simplement… peur ?!?

Dommage, donc : la proposition de l’opposition était louable et enthousiasmante !

Voilà, l’épisode se clôture ici pour ce mois. Rendez-vous le mois prochain pour la suite de toutes ces aventures rocambolesques !

D’ici là, que votre printemps se verdisse avec bonheur !

Share This