Le dernier conseil communal du mercredi 25 mai avait pourtant bien commencé…


Gedinne_Blason-4.jpgJulien Grandjean, président du conseil communal, a commencé par égrainer la suite des points à l’ordre du jour des prochaines assemblées générales des différentes intercommunales auxquelles les représentants communaux – majorité comme opposition – seront bientôt appelés à participer : Ores, BEP faîtier et ses différentes entités, Idefin.

S’en seront suivis une série de points relatifs à la gestion courante de la commune, essentiellement d’entretien et de rénovation de voirie, tous approuvés à l’unanimité : installation d’une cabine de haute tension à Louette-St-Pierre, pose de canalisations à Houdremont et de filets d’eau dans l’entité, aménagement du carrefour de la rue Emile Montreuil à Rienne, remplacement des châssis à La Fourmilière…

Quelques autres points du conseil communal auront ensuite provoqué des échanges constructifs entre majorité et minorité : dépassements de budget dans des travaux d’évacuation des eaux à Malvoisin, entre autres justifiés par le raccordement aux réseaux d’habitations qui ne l’étaient pas ; participation de la commune aux frais de remplacement des fauteuils du cinéma – A.S.B.L. qui se porte fort bien, soit dit en passant – ; martelage complémentaire en forêt pour raison sanitaire…

C’est au moment d’aborder le point relatif au cahier des charges de location du droit de chasse que les esprits se sont échauffés ! chasse1.jpgSur quoi repose le différend : essentiellement le délai dans lequel la version « définitive » du cahier des charges a été transmis à la minorité, la veille du conseil communal ! Ce n’est pas la première fois que la minorité demande le report d’une décision, pour cette même raison : la communication trop tardive des documents aux élus de l’opposition.

Il faut reconnaître que la chose est regrettable : si les membres de la minorité ne peuvent participer au collège, et donc être tenu au courant des débats et décisions de la majorité au fur et à mesure que celles-ci sont prises, ils sont malgré tout des élus et représentent une partie de la population, qui doit être tenue informée en temps et heure pour pouvoir participer aux débats du conseil communal en « connaissance de cause ».

Pierre Rolin a dans un premier temps tenté de justifier ce retard de communication de la dernière version du cahier des charges : la commune n’a reçu la version « amendée » par le DNF que le lundi… pour un conseil communal du mercredi !

C’est effectivement un peu court. La faute à l’ingénieur du DNF, du coup ? Pas sûr…

Plutôt que d’élaborer son nouveau cahier des charges sur le modèle type actualisé par le DNF, la commune avait décidé de partir de l’ancienne version du cahier des charges, qui régît les baux de chasse jusque 2017 sur l’entité de Gedinne. Entre temps, certaines législations ont changé, et cette vieux_livre.jpg« ancienne » version du cahier des charges – qui date déjà de plus de 12 ans – n’était plus d’actualité. C’est donc sur la base de ce document « dépassé » qu’ont eu lieu les débats dans une commission qui rassemblait des représentants de la majorité comme de la minorité, dont certains du monde de la chasse.

Le DNF a bien proposé de déléguer un de ses représentants à cette commission, afin de conseiller celle-ci et d’assurer la légalité des mesures décidées. La commune a négligé cette proposition ! La version du cahier des charges a donc été malgré tout soumise à l’ingénieur du DNF pour commentaires, mais dans un délai trop court – compte tenu de la vente de bois qui s’est tenue entre-temps, et qui nécessite un gros travail de préparation de la part du DNF – pour être ensuite présenté au conseil communal de mercredi dernier !

La majorité a donc proposé au conseil communal de faire le tour de toutes les remarques – à priori plutôt « techniques » – du DNF, plutôt que de reporter le point comme demandé par la minorité. Les esprits se sont ensuite échauffés, pour finalement laisser fuser les noms d’oiseaux… oiseau.jpget énerver Noël Suray au point de le voir se lever et quitter la séance !

Le point a donc finalement été reporté au prochain conseil communal, ce qui laissera le temps à la minorité de prendre connaissance du document amendé. La chose n’est pas trop grave, même si la commune aurait voulu soumettre au plus tôt la version définitive de ce cahier de charges aux différentes chasses, avant l’engagement de leur dernière année de location sur base de bail actuel. En effet, savoir que l’on sera encore ou pas le locataire du prochain bail de chasse peut induire certains comportements et pratiques particuliers qui risqueraient de ne plus être qualifiés de gestion en « bon père de famille » et donc pourraient nuire au lot de chasse du locataire suivant.

biche_foret.jpgNous reviendrons bien évidemment sur ce point dans la foulée du prochain conseil communal… pour développer plus avant le fond du dossier, qui pose malgré tout certaines questions !

Le conseil communal s’est donc rapidement terminé par les points à huis-clos, et chacun s’en est retourné dans ses pénates, sans doute un peu fâché…

Au mois prochain pour le prochain épisode, donc !

Share This