Après quelques communications d’usage, c’est sur les comptes communaux et du CPAS que le dernier conseil communal de ce mercredi 22 juin a commencé.


argent.jpg
2015 est une année particulière au niveau des comptes de la commune : un sacré nettoyage a été fait par le directeur financier dans les comptes de la commune, et plusieurs « erreurs » du passé ont été rectifiées cette année, dont une régularisation pour la facturation de la fourniture d’eau potable de l’ordre de 300.000 €.
Le Fédéral aura aussi tardé à recouvrer l’IPP (l’Impôt sur les Personnes Physiques), et donc à rétrocéder leur dû aux communes (de l’ordre de 200.000 € pour Gedinne), avec les conséquences que l’on imagine sur les comptes communaux.

Quelques points à retenir malgré tout :

  • La zone de police DinaPhi coûte au citoyen plus cher que prévu : la précédente estimation de 48€/habitant s’est déjà transformée en 50,5€/habitant, ce qui ne sera probablement pas encore suffisant à l’avenir… S’en est par ailleurs suivi une inquiétude exprimée par l’opposition sur la pérennité des deux ambulances de Gedinne. Bien que la question de la répartition des moyens et infrastructures soit en réflexion, il semble qu’il ne faille pas s’inquiéter sur ce point ;
  • Les tarifs de « location » des Arpents verts ont été revus à la hausse : les comptes de cette année 2015 sont déficitaires, ce qui n’est pas inquiétant pour une première année d’activité, dont l’objectif était aussi de se faire connaître. Le carnet des réservations se remplit déjà bien pour l’année prochaine, et nous pouvons espérer que les comptes de 2016 seront en équilibre. La minorité insiste par ailleurs sur la nécessité de rénover le village de vacances de Vencimont, qui est en piteux état. Quelques travaux ont déjà été effectués (les châssis de trois chalets ont été changés), mais pour la majorité, les deux dossiers ne sont pas comparables et les enjeux sont différents, puisque le village de vacances n’assure de l’emploi que pour 1,5 équivalent temps plein, là où les classes vertes ont des répercussions plus importantes sur l’emploi local…
  • Les recettes liées aux ventes de bois ont diminué : y aurait-il un lien avec le prix du mazout qui a fortement baissé ?
  • La commune est proche de la limite autorisée en ce qui concerne les prêts (180€/hab./an) : vu les taux historiquement bas, il serait bête de se priver de ces emprunts ;
  • A l’extraordinaire, plusieurs budgets prévus n’ont été engagés qu’à une faible proportion : 1/3 pour le patrimoine, rien sur le poste industrie/commerce, presque rien sur le poste agriculture… Du coup, la grosse dépense reste… le bassin didactique !swimming-pool.jpg

Malgré les questions, remarques et critiques de l’opposition, les comptes ont été votés à l’unanimité.

Les modifications budgétaires 2016 auront par contre rencontré moins de « succès » ! Si ces modifications du budget à l’ordinaire auront été votées majorité contre opposition (9 voix contre 5), celui à l’extraordinaire aura été voté 8 voix contre 6 : Sylvianne Simon, membre de la majorité, s’est jointe à la minorité, pour marquer son opposition à la modification de cette partie du budget communal ! En cause ? pressage-pommes.jpg
Un montant de 120.000 € prévu au budget, pour l’acquisition d’une presse à jus de pommes, au « bénéfice », à terme, de la Fourmilière. Ce point – pour lequel le bourgmestre a introduit une demande de subside à la Région Wallonne – n’aurait pas été abordé en Collège, et Sylvianne Simon n’en aurait pas été informée. Le succès de notre activité « jus de pommes » de l’automne dernier aurait-il inspiré notre Bourgmestre, au point qu’il se précipite sur ce projet d’acquisition d’une presse à jus de pommes, sans en toucher mot à ses collègues de la majorité ?!?

Les comptes du CPAS ont aussi été exposés. Il est malheureusement très difficile de suivre ceux-ci et d’y voir clair, sans avoir le document dans les mains et l’occasion d’étudier celui-ci. Il s’agit pourtant d’un moment qui donne une « photographie » de la situation sociale de la commune, et des options prises par celle-ci pour soutenir les plus démunis, mais aussi des services rendus à la population, tels que les repas servis à domicile, les avances sur allocations de chômage et pensions, les aides « chauffage »,… Quelques chiffres malgré tout : 340 personnes bénéficient sur la commune des services du CPAS (dont les aides « chauffage ») ; le nombre de ces bénéficiaires a augmenté de 92 « unités » ces trois dernières années, dont 10 « unités » supplémentaires bénéficiant du RIS (revenu d’intégration sociale) sur la seule année 2015 ; 2046 repas supplémentaires ont été distribués en 2015 par rapport à 2014. D’une manière générale, rien d’inquiétant dans ces comptes, sauf probablement la diminution des articles 60 : seulement 1/3 du nombre initialement prévu. Le CPAS semble rencontrer des difficultés à trouver des associations et employeurs pour accueillir ces personnes dans un emploi. Pour rappel, ce dispositif permet à des bénéficiaires du CPAS d’être réinsérés dans le monde du travail, pour ensuite restaurer l’ensemble de leurs droits sociaux et leur permettre de « quitter » le CPAS. Inquiétant ! Une analyse de cette situation vaudrait aussi la peine d’être menée…

S’en sont suivi une série de points relatifs à divers travaux,travaux-2.jpg pris en charge par l’INASEP ou le STP (Service Technique Provincial). Ceux-ci concernent, entre autres, l’aménagement de la salle des fêtes de Vencimont (réfection du carrelage et du plafond, démontage de l’escalier intérieur et placement d’un escalier extérieur, ouverture vers le parking,…) ; la réalisation d’une aire pour mobil homes et d’un parking, au bout de la rue de la Morie ; la réfection du soutènement de l’église de Vencimont, de la maison communautaire de Willerzie et du cimetière de Gedinne ; l’acquisition d’un panneau d’affichage numérique programmable pour Gedinne…

Un point de communication sur l’inventaire des logements publics a aussi été abordé. Il est intéressant d’apprendre que, sur notre commune, il existe à Louette-St-Denis 1 logement de transit géré par le CPAS et 1 logement d’insertion géré par l’AIS, à Rienne 1 logement d’urgence géré par le CPAS et 1 logement géré par la commune, à Willerzie 2 logements gérés par l’AIS.
3 autres logements privés sont gérés par l’AIS : 2 à Gedinne et 1 à Willerzie. Ardennes et Lesse gère aussi 9 logements sur le territoire de Gedinne : 2 à Gedinne, 5 à Malvoisin et 2 à Willerzie. Les « politiques » sont différentes pour les deux structures : l’AIS propose plutôt des logements d’insertion (3×3 ans), tandis qu’Ardenne et Lesse n’applique pas nécessairement de critères d’insertion.

Le dernier « réel » point abordé lors de la séance publique de ce conseil communal concernait le cahier des charges de la location du droit de chasse. Depuis le conseil communal précédent, où suite à « l’accrochage » entre la majorité et la minorité, le point avait été reporté à cette séance-ci, le cahier des charges a été encore peaufiné, avec l’aide de Mr Huart, ingénieur DNF et chef de cantonnement de Beauraing.
Chose étonnante, la minorité n’a abordé que des questions de détail, alors que ce cahier des charges propose une réduction significative des loyers de la chasse, pour ramener les baux au tarif de 2005 : une diminution de revenus envisagée de l’ordre de 70.000 € par an pour la commune ! Si ce cadeau tarifaire apparaît modeste pour les « petits » chasseurs – les chasses locales et communales -, il est par contre significatif pour les « grosses chasses » ! Difficile d’en comprendre l’intérêt pour la commune, du coup ! Il est étrange que la minorité ne s’offusque pas de cette situation, mais peut-être y trouve-t-elle aussi quelque intérêt ? Mystère, pour un groupe à majorité socialiste, dont la philosophie devrait être de faire passer l’intérêt collectif avant l’intérêt particulier…

Il apparaît par contre que la commune a prévu dans ce cahier des charges – que nous n’avons pas encore entre les mains – d’enfin mettre sur pied un « conseil consultatif », une « plateforme des utilisateurs de la forêt » que nous réclamons depuis longtemps déjà et pour laquelle une « fiche » PCDR (Programme Communal de Développement Rurale) avait été élaborée, grâce à la participation et l’impulsion de plusieurs de nos membres actifs au sein de la CLDR. Malheureusement – et si celle-ci voit seulement un jour son existence – sa création aurait bien sûr dû être antérieure à l’élaboration de ce nouveau cahier des charges, afin de réunir autour de la table tous les acteurs de la forêt : la commune, les exploitants forestiers, les chasseurs… mais aussi les responsables du développement du tourisme, les naturalistes, et même les agriculteurs, dont les parcelles en bordure des forêts souffrent régulièrement des dégâts occasionnés par le gibier ! Faudra-t-il encore attendre 9 ans et une prochaine version de ce cahier des charges pour que l’on prenne la mesure des différents usages qui sont faits de la forêt, et que l’on en respecte les nombreux et divers utilisateurs ?!? Définitivement, la commune semble avoir toujours autant de mal à engager le débat démocratique avec les citoyens – à fortiori les personnes concernées – de la commune !

En ce qui concerne les questions orales, la proposition de la minorité aura été l’objet de légers sourires… complices ! Elle a proposé de déposer ses questions par écrit, afin d’en finir rapidement avec ce conseil communal, et que chacun puisse s’en retourner vite fait devant le petit écran…foot-tv.jpg pour assister au match Belgique-Suède ! Voilà donc pourquoi ce conseil communal s’est exceptionnellement tenu à 18h30 (au lieu de 20h30)… et miraculeusement terminé avant que le match ne commence ! Chacun ses priorités, direz-vous…

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter un bel été à toutes et tous… et à souhaiter à « nos » Diables de gagner l’Euro, donc !

Share This