La messe est dite !

Cette nouvelle séance du Conseil communal a débuté par un point d’information concernant le PST.

Késako ?

Le Programme Stratégique Transversal est un outil mis en place par la Wallonie, après une expérience pilote auprès de 24 communes.

Il se définit comme suit : « Le Programme stratégique transversal (PST) est une démarche stratégique évolutive et modulable visant à planifier et prioriser les politiques communales en intégrant un processus d’évaluation. Véritable outil de gouvernance, le PST doit permettre d’anticiper les enjeux, de répondre aux besoins locaux et d’améliorer les relations avec les citoyens. » (http://pouvoirslocaux.wallonie.be/pst)

A Gedinne, il se concrétise par la traduction de la Déclaration de Politique Communale (DPC) en 5 objectifs stratégiques, déclinés à leur tour en objectifs opérationnels, puis en 64 fiches de projets plus concrets. A entendre le bourgmestre, il s’agit surtout de blabla qui monopolise trop d’énergie de notre personnel communal ; mais c’est la première fois que la commune rédige un tel plan, il attend donc le retour de la Région wallonne.

Nous avons un avis plus positif sur cet outil, complémentaire à la DPC, et qui pourrait être un véritable tableau de bord de pilotage de la commune, faisant état de l’avancée des projets, des marchés, précisant les indicateurs de réussite et leur suivi, etc. Nous aurions également trouvé intéressant qu’il soit présenté aux citoyens lors d’une séance publique avec questions- réponses, puisque la DPC ne l’avait pas été non plus, hormis par les canaux écrits habituels.

Qu’à cela ne tienne, nous suivrons l’avancée des projets, sous cette forme ou une autre 😉 Pour rappel, nous soutenons certains de ces projets communaux et nous nous opposons depuis le début à d’autres, comme l’aménagement de logements dans le bâtiment de la gare de Gedinne ou sur le site de l’ancien Lycée.

Il était ensuite question de modifications budgétaires, à l’ordinaire et à l’extraordinaire.

Nous retiendrons que pour le budget ordinaire, le bourgmestre précise que tout le monde va devoir faire attention, il n’y aura pas de petite économie !

Les pertes annoncées sur les ventes de bois (dues principalement aux dégâts causés par les scolytes) – voir nos articles et prises de position précédents – ne sont toujours pas actées dans les modifications budgétaires, elles le seront au niveau des comptes (en fin d’exercice, donc). La commune prévoit un manque à gagner d’environ 400.000 €. Des vérifications sont en cours pour savoir si l’on pourra ponctionner sur les réserves ordinaires. Si refus de la Région wallonne, il y aura peut-être une mobilisation des communes « forestières » pour réclamer un fonds de soutien.

Nous avons voté contre ces modifications budgétaires, entre autres parce que la réduction des revenus des ventes de bois n’est toujours pas actée et donne donc une idée faussée de l’évolution du budget disponible pour la commune ; puis parce que les économies réalisées sont de l’ordre des « bouts de chandelle » au regard de ce qu’il va être nécessaire d’entreprendre comme gestion si la « crise » des scolytes – et de ses conséquences sur les prix du marché – persiste, ce qui semble s’annoncer. La majorité n’acte pas le manque à gagner, mais n’anticipe pas non plus l’avenir.

Sachant que l’ouverture du bassin didactique est reportée à 2020… avec le train de frais d’exploitation qui accompagnera sa gestion quotidienne, où la commune compte-t-elle trouver l’argent ?

« Les 12 » se sont, quant à eux, abstenus.

Un peu plus tard, il s’agissait de voter pour un marché de financement des investissements ; autrement dit d’emprunts pour subsidier la partie non-subsidiée de certains travaux inscrits au budget.

N’étant pas en accord avec l’ensemble des projets concernés (entre autres la façon dont l’aménagement de l’ancien lycée est mené), nous avons préféré nous abstenir.

eglise-3.pngLa séance s’est poursuivie par la longue litanie des fabriques d’églises ! Il s’agissait de voter la révision des budgets 2020 de 11 fabriques.

La raison ? Le budget de certains points a été sous-estimé, et ne répond donc pas au principe de sincérité budgétaire. Les 11 budgets seront réformés à l’unanimité.

 

Quelques travaux pour suivre…

Le renouvellement du système de production électrique de la Ferme Jacob est approuvé à l’unanimité. La commune remplacera le groupe électrogène, et installera également des panneaux photovoltaïques ; l’objectif étant de garantir une autonomie maximale à ce site voisin de la Tour du Millénaire. Nous avons néanmoins attiré l’attention de la majorité sur le montant important envisagé pour l’installation photovoltaïque (de l’ordre du double de son coût, de notre point de vue).

 

Le renouvellement de l’équipement du pompage d’eau de Bourseigne est également approuvé à l’unanimité. A noter qu’à cet endroit, un traitement bactériologique de l’eau par UV sera ajouté à l’installation initiale.

croixRouge.jpgUne nouvelle convention de commodat, liant la commune et la Croix-Rouge pour l’occupation du bâtiment de Louette-Saint-Pierre, a été approuvée à l’unanimité. Elle permettra à la Croix-Rouge de faire certaines rénovations et d’amortir les investissements réalisés. Ce commodat court désormais jusqu’31 décembre 2048. En échange, une clause a été ajoutée, qui stipule une mise à disposition gratuite du bien – de manière exceptionnelle et en parfaite coordination avec la Croix-Rouge – pour une activité communale ou du Cpas.

 

Le dernier point à l’ordre du jour, avant les questions d’actualité, concernait la cogénération : le démantèlement de la centrale de cogénération hors d’usage et la vente du matériel déclassé.

CogenerationMatele.jpgSans objection sur le démantèlement de l’ancienne centrale, nous en avons profité pour demander où on en est pour la suite de la production sur le réseau de chaleur ? Qu’en est-il de l’essai d’unité de production réalisé à côté du hall de la Morie ?

L’installation de micro unités de cogénération va être étendue un peu partout sur le réseau de chaleur. Les cahiers des charges doivent être préparés, puis soumis à la tutelle. Cette option devrait limiter l’impact d’éventuelles pannes d’une des micro-unité, puisque le reste du réseau prendrait le relais.

Nous sommes bien conscients des difficultés inhérentes à ce dossier, nous l’avons redit ; mais nous avons quand-même émis deux objections à ce projet.

D’une part, ce système est une privatisation de la génération de chaleur pour la commune : il n’est pas sûr qu’à terme ce soit une réelle économie, et surtout, la commune perdrait le contrôle de ces installations, qui pour rappel permettent de chauffer nombre de bâtiments communaux sur Gedinne. Le bourgmestre s’est insurgé contre ce vocabulaire (privatisation), nous accusant de dogmatisme ! Eh oui, tout est question de vocabulaire, les spécialistes apprécieront ;-)**

D’autre part, nous regrettons que d’autres solutions n’aient pas été envisagées (quitte à mutualiser une solution avec d’autres communes voisines : fabrication de plaquettes au bénéfice de plusieurs communes, création d’emplois, etc.) qui exploitent les ressources en bois de la commune pour alimenter ce réseau de chaleur. Les technologies évoluent et il nous semble que les différentes pistes alternatives aux énergies fossiles n’ont pas été explorées autant que possible.

Nous nous sommes donc abstenus.

Lors des questions d’actualité, nous avons abordé les sujets suivants :

  • Le projet de mobilité douce à la Croisette, non soutenu par le ministre Di Antonio, est reporté en attendant un éventuel subside.
  • La rencontre entre la commune et la nouvelle chargée de prévention de l’Aide à la Jeunesse est programmée en novembre.
  • agricultureBio04.jpgLe cahier des charges pour le marché annuel de confection des repas scolaires et pour les classes vertes ne contient pas de clause favorisant les produits locaux et/ou bio, ou proposant un repas végétarien par semaine. La commune estime que cela coûterait plus cher ! Nous ne partageons pas ce constat ; nombre de communes ayant fait ce choix ont largement démontré que les prix pouvaient rester constants. De plus, dans une région comme la nôtre, où les producteurs (viande, légumes, produits laitiers, …) font partie intégrante du tissu local, il nous semblerait tout à fait opportun que la commune adopte – enfin – des critères favorisant leurs produits !
  • Les conseils cynégétiques de la région se réunissent pour l’instant ; l’échevin Rolin, en charge de la forêt et de la chasse attend celui qui concerne Gedinne avec impatience ! Il devrait y être question du déséquilibre constaté entre la forêt et le gibier au sein des forêts labellisées PEFC comme à Gedinne. Nous continuons, en complément, à plaider pour la mise en place d’une plateforme des usagers de la forêt, à l’échelle de la commune, pour y aborder ces sujets qui mettent la forêt en difficulté pour le moment (scolytes, relations avec les petits propriétaires forestiers, déséquilibre gibier, peste porcine, …) et le futur plan qui déterminera les grands axes de gestion de la forêt pour les 30 prochaines années.
  • eoliennes200.jpgLe projet de parc éolien sur les territoires de Bourseigne-Neuve et Bourseigne-Vieille a été recalé par le Collège communal, à cause de son gigantisme, non adapté à la réalité du terrain. Ce dossier a cependant été abordé à la CCATM – le lendemain du Conseil communal -sans donner beaucoup plus d’informations que celles déjà apportées en Conseil communal : la société Eneco semble approcher plusieurs communes et propriétaires privés afin d’installer de très grandes éoliennes en milieu forestier, dont les mats et les palles dépasseraient la canopée. La Région wallonne ainsi que la Société Royale Forestière de Belgique sont contre, et les communes approchées semblent elles aussi opposées au projet. Nous allons nous informer plus avant sur ces projets et reviendront vers vous avec de plus amples informations dans le futur.
  • Nous demandons, comme à chaque Conseil communal, un état de la situation concernant les scolytes : la majorité continue d’entretenir un certain flou sur la situation… mais nous devrons en savoir plus cet automne, après un éventuel troisième envol des scolytes, et les dernières ventes de bois de l’année. Nous continuons de nous renseigner par ailleurs, et de tenir les Gedinnois informés, par nos différents canaux de communication (site internet et page Facebook).

 

Les « 12 Gedioui » ont relayé deux demandes de citoyens :

  • Aménager plus d’équipements à la plaine de jeux d’Houdremont
  • Installer un cendrier extérieur à la salle des fêtes de Rienne

Selon Larousse :

* Privatisation : action de transférer au secteur privé une activité, une entreprise qui appartenait au secteur public.

* Dogmatisme : attitude philosophique ou religieuse qui, se fondant sur un dogme, rejette catégoriquement le doute et la critique.

Share This