Quel avenir pour nos forêts ?

Quel avenir pour nos forêts ?

Comme vous l’aurez certainement constaté par vous-même en parcourant notre région, la forêt est malade et bien malade : partout des taches rousses de bois scolytés et de-ci de-là des chablis du dernier (petit) coup de vent. Pas besoin d’être expert pour s’en rendre compte. D’autres phénomènes naturels ou anthropiques menacent nos boisements. Pour que l’arbre malade ne cache pas une forêt ruinée, il est grand temps de réfléchir à une gestion forestière plus responsable et respectueuse. Les changements climatiques ne permettront plus au modèle intensif actuel de récolter les bénéfices escomptés. Les professionnels du secteur ne cachent pas leur inquiétude. Le marché du bois est en crise, or, la forêt est un enjeu économique majeur de notre région, il faut se positionner, trouver l’équilibre, éviter la fracture.

Nous sommes à un tournant crucial, c’est pourquoi les locales ECOLO de Beauraing et Gedinne provoqueront la réflexion autour du film « Le temps des forêts », un magnifique documentaire de François-Xavier Drouet. Il sera projeté le vendredi 10 mai, à 20h00, au Centre culturel de Beauraing.

Pour visionner la bande annonce de ce film voici le lien cliquable : https://vimeo.com/283494172

Nous vous proposons un véritable débat ouvert à tous les vents, pendant lequel des experts, ingénieurs forestiers et formateurs pourront échanger leur vision de la forêt avec vous. Comme intervenants nous accueillons :

  • Office Economique Wallon du Bois (OEWB): Florian Naisse ingénieur forestier originaire de Vencimont
  • Société Royale Forestière de Belgique(SRFB) : Philippe de Wouters Président, ingénieur forestier
  • Dryade société privée de gestion forestière, Olivier Baudry, docteur en sylviculture
  • Pro silva Wallonie, Charles Debois, Président, ingénieur forestier

Nous vous proposons ensuite, ce dimanche 12 mai, une balade à travers laquelle nous pourrons visualiser concrètement, différents types de sylviculture, les unes traditionnelles, d’autres alternatives ou en transition. La visite sera guidée par Charles Debois,  Florian Naisse et Philippe Trigalet.

Pour voir l’invitation à nous rejoindre en images : cliquez ici

Entrepreneurs, grands, petits propriétaires, publics ou privés, simples  promeneurs et poètes amoureux de la Nature, ces deux activités vous attendent.

Vendredi 10 mai – 19h30 – Centre Culturel de Beauraing : projection du film “Le temps des forêts”

Dimanche 12 mai – 14h00 – Bourseigne-Neuve : balade guidée (rendez-vous à la salle des fêtes)

Conseil Communal du 2 avril 2019

Conseil Communal du 2 avril 2019

Ce Conseil communal se tient en présence de 13 de ses membres ; Sylvianne Simon et Quentin Jacques étant excusés.

BEP : Projet « territoire intelligent »

Le bureau d‘étude BEP-environnement a répondu à un appel lancé par la Région Wallonne afin d’évaluer la couverture numérique/télécom commerciale sur tout le territoire de la province. Le principe est d’utiliser les véhicules d’enlèvement de déchets qui, puisqu’ils passent chez tous les habitants, pourront établir une carte fiable des performances du réseau.

La ratification du projet est acceptée par l’ensemble du Conseil.

Le bourgmestre précise qu’il faudra voir si par après, les habitants seront ouverts à l’idée de multiplier les pylônes sur la commune.

Géraldine Godart demande ce qu’envisage le BEP ensuite. Vincent Massinon lui répond qu’il ne connaît pas les objectifs du BEP ou de la Région wallonne.

Délégation des compétences pour les marchés publics

Il s’agissait ici de déléguer au Collège communal les compétences du Conseil communal en ce qui concerne les dépenses ordinaires et les dépenses extraordinaires pour un montant inférieur à 15000€ HTVA.

Le Directeur financier a déjà marqué son accord pour reconduire cette autorisation.

L’opposition se montre méfiante, Benoît Lefèbvre se demande ce que l’on veut cacher. Le Maïeur précise que cette procédure existait déjà du temps de Guy Lallemand, que les dépenses extraordinaires sont rares et que ça permet surtout de gagner du temps. L’immédiateté n’est pas toujours bonne conseillère répond Benoît Lefèbvre.

Géraldine Godart demande que l’occurrence de ce procédé soit annuellement limitée ; mais Vincent Massinon lui répond que ce n’est pas prévu par la loi…

Le vote est approuvé par 10 oui (majorité + S. Gendarme) et 3 non (minorité).

Renouvellement des membres de la Commission Communale d’Aménagement du Territoire et de la Mobilité (CCATM)

Il s’agit de:

– désigner un citoyen à la présidence ;

– désigner des membres effectifs et suppléants

– désigner le quart communal par les élus communaux (1 représentant effectif et 2 suppléants pour la majorité ; 1 représentant effectif et 2 suppléants pour la minorité).

Douze candidatures de citoyens ont été reçues, dont une pour la présidence et une à titre de suppléante uniquement.

Nous soulignons l’engagement de ces citoyen.ne.s pour la commune et espérons que la dynamique de la CCATM sera meilleure que ces dernières années !

Jean-François Colaux, seul candidat à la présidence, est élu à l’unanimité.

La désignation des membres effectifs s’opère via un bulletin de vote. Pour les membres suppléants, tous seront gardés puisqu’il y a moins de candidats que de postes. La répartition s’est décidée, entre autres, en fonction des villages.

Résultats :

MEMBRES EFFECTIFS

MEMBRES SUPPLEANTS

LEONARD Christophe

BASTOGNE Madeleine

DE KEYSER Paul

BARTHOLOME Juliette

DEBRY Francis

BRAN Olivier

DUMONT Alice

LEDUC Annabelle

LIEMANS Cindy

CORDY José

PAPIER Marc

Pour le quart communal, la majorité désigne :

MEMBRE EFFECTIF

MEMBRES SUPPLEANTES

MOREAU Jean-Noël

BIHAIN Magali

COLAUX Marie-Thérèse

La minorité désigne :

MEMBRE EFFECTIF

MEMBRES SUPPLEANTS

LEFEBVRE Benoit

JACQUES Quentin

GODART Géraldine

Le vote des représentants est approuvé à l’unanimité.

Géraldine Godart déplore que l’ensemble des membres du Conseil communal n’ait pas voté de telle façon à favoriser la parité homme-femme. Parmi les candidats citoyens, cette démarche était possible et aurait pu envoyer un signal positif vers toutes ces personnes qui ont décidé de se porter candidat.e, dont plusieurs jeunes femmes. Nous savons en effet que c’est par de petits gestes concrets comme ceux-là que la parité peut devenir une réalité dans les différentes instances, c’est une habitude à prendre !

PCDR – Aménagement des entrées de villages

L’aménagement des entrées de villages est un projet lancé il y a longtemps dans le cadre du PCDR (Programme Communal de Développement Rural) et pour lequel une promesse de subside a été octroyée par la Région Wallonne.

La DGO1 (ex MET) a apporté quelques modifications au cahier des charges (certaines clauses administratives ont été modifiées). Le MET prend en charge une partie des travaux et demande un budget imprévu qui n’influence en rien la Commune. Ce projet est subsidié à 75%.

Il est question de modifier le budget voté par le Conseil Communal le 18 mai 2018 en raison de la modification du budget total par la DGO1.

Ce vote obtiendra 11 oui et 2 abstentions (JC Grandjean et Benoît Lefèbvre).

CECP – Écoles communales – Plan de pilotage

Dans le cadre du Pacte d’excellence, toutes les écoles sont amenées à rédiger un Plan de pilotage spécifique à chaque établissement. Certaines écoles sont déjà en cours d’élaboration. L’école communale de Gedinne fait partie de la deuxième vague.

Le Conseil de l’Enseignement des Communes et des Provinces aide les écoles à élaborer ce plan. Le principe est de réaliser premièrement un bilan des forces et des faiblesses de l’établissement. Enseignants, parents et élèves seront sollicités pour exprimer leur analyse de la situation. Par la suite, il s’agira de choisir les stratégies à mettre en place pour améliorer la qualité pédagogique globale. L’école est remise en question à tous niveaux.

Afin de d’établir le lien entre les écoles et le Pouvoir Organisateur (communal), Audrey Séverin est désignée à l’unanimité.

Constitution d’une réserve de recrutement d’un ouvrier (niveau D) pour le service des eaux.

Une réserve pour engagement d’un contractuel va être constituée. La désignation des membres de la commission de sélection et les différentes épreuves sont présentées. Actuellement les besoins sont d’un ouvrier. Vincent Massinon précise que le règlement de la procédure a été approuvé par les organisations syndicales. Géraldine Godart demande si l’engagement est envisagé rapidement. Le maïeur est affirmatif et précise que la réserve sera valable 3 ans.

Approuvé par 13 oui.

Constitution d’une réserve de recrutement pour du personnel administratif (niveau B)

Idem point précédent. Il s’agit ici de pourvoir à l’engagement d’un mi-temps à affecter au service « finances »

Benoît Lefèbvre signale que cela pourrait être un plus de demander des compétences linguistiques. Vincent Massinon, qui visiblement ne souhaite pas modifier le texte de la procédure d’examen, répond qu’il en sera tenu compte (sans plus).

Approuvé par 13 oui.

Questions d’actualité

Géraldine Godart interroge le Conseil à propos des défaillances d’éclairage au terrain de foot à Gedinne.

Réponse : une demande de subsides sera rentrée auprès d’Infrasport. Il en sera de même pour les clubs de Rienne et de Vencimont. Vincent Massinon rappelle que beaucoup a déjà été fait pour les clubs de foot et ce récemment. Quand la Commune en saura plus, elle envisagera la façon de répondre aux besoins.

Géraldine Godart demande des informations quant à l’appel à projet lancé par la Wallonie sur le thème de la « Convivialité en milieu rural », et qui concernerait le bâtiment du Cercle.

Réponse : dans le cadre de cet appel à projet, un subside de 15.000€ a été demandé afin de rafraîchir toute la partie gauche du Cercle.

Géraldine Godart s’informe de l’avancement du dossier « pollution sonore à la Morie ».

Réponse : un silencieux a été commandé. S’il est insuffisant, la commune envisagera l’achat d’un panneau d’isolation sonore. Mais le désagrément est vraiment minime selon le bourgmestre.

Géraldine Godart s’informe des résultats de la vente de bois : quels sont les résultats par rapport au budget estimé ?

Réponse : les prix obtenus sont à la baisse en raison de la crise des scolytes et des tempêtes. Seuls 50% du budget ont été atteints. Cependant, sur 16 lots, 9 sont remis en vente ce 4 avril.

Benoît Lefèbvre s’inquiète de l’état de la route entre le Pont Colin et Willerzie.

Réponse : la route n’est pas communale mais le MET a été interpellé. Vincent Massinon précise qu’un accord est dégagé avec le maire d’Hargnies pour le déneigement global de cette route, d’autant plus important qu’un accord existe entre le SMUR et la zone de secours Dinaphi.

Benoît Lefèbvre demande ce qu’il en est du miroir à installer rue du Vicinal.

Réponse de Pierre Rolin: projet classé parce que le propriétaire a rabattu sa haie.

Benoît Lefèbvre s’informe sur la mise en place d’un chemin à mobilité douce entre Gedinne et la gare.

Réponse : l’appel à projet a été refusé parce que ce type de chemin n’est pas accepté le long des voiries régionales. Cependant, il faudra réaliser la jonction entre le parcours « Ardenne Cyclo » et le Ravel.

Conseil Communal du 27 février 2019

Conseil Communal du 27 février 2019

Ce conseil communal débute par une communication : le budget de la commune de Gedinne est approuvé par la ministre De Bue.

Le deuxième point de l’ordre du jour concerne le Règlement d’Ordre Intérieur du Conseil Communal (ROI).

Ce règlement interne est modifié suite aux nouveaux critères de la Région Wallonne (RW).

Ce document reprend les dispositions dans le CDLD (Code de la démocratie Locale et de la Décentralisation).

Plusieurs remarques sur ce ROI sont introduites par la minorité :

Par exemple, concernant l’article 20 qui décrit une plateforme informatique pour communiquer les convocations et documents du Conseil aux mandataires par courrier électronique.

Quentin Jacques (conseiller Ecolo & Mobilisation Citoyenne) s’insurge par rapport à la gestion de cette plateforme : peu d’informations sur la sécurité et la confidentialité par rapport aux adresses Email mises à disposition des mandataires ainsi que sur la gestion de la plateforme elle-même, avec par contre beaucoup de responsabilités incombant aux utilisateurs (les conseillers communaux).

Selon le texte, les mandataires sont les uniques responsables en cas de virus ou autres problèmes informatiques, le Web-master se dégageant de cette responsabilité.

Géraldine Godart (conseillère Ecolo & Mobilisation Citoyenne) pointe elle l’article 47, qui traite de la communication dans le PV des interpellations, remarques et débats initiés par la minorité. Afin que ces éléments et arguments de débat soient versés au PV, il faut d’une part que le groupe politique le demande – chaque fois – expressément lors du conseil communal, et d’autre part qu’un vote à la majorité absolue intervienne ensuite pour accepter que ces points soient inclus au PV, précisera le bourgmestre.

Ce point est très discutable sur le plan démocratique et ressemble furieusement à une forme déguisée de censure !

Le ROI sera approuvé par 12 oui et 2 abstentions de notre groupe Ecolo & Mobilisation Citoyenne.

Nous envisageons d’interpeller nos élus à la Région Wallonne sur ce ROI, trop « léger » et en recul d’un point de vue démocratique, de notre point de vue.

La commune (majorité) de Gedinne ne prend pas non plus, selon nous, les « libertés » et initiatives qu’elle pourrait certainement prendre pour amender ce ROI de manière à augmenter la démocratie et la communication transparente envers les citoyens. Elle se limite à entériner le ROI de base proposé par la Région Wallonne. Nous continuerons évidemment de communiquer par ailleurs, mais regrettons que le PV du Conseil Communal ne devienne pas un outil plus « complet » de communication, respectueux des débats et positions de chacun des groupes politiques.

Décentralisation du campus provincial

Le site de l’ancien lycée de Gedinne situé rue de la Croisette accueille le Campus Provincial décentralisé dans la partie située à droite du préau.

Le Bourgmestre Vincent Massinon contextualise la genèse de ce campus décentralisé.  Il présente l’avantage de remplir une demande de formation plus « proche » des citoyens, suivant la politique de la Province, afin d’éviter de trop devoir se déplacer. Il s’agit d’une première dans la province de Namur, un prochain Campus du même type devant prochainement voir le jour à Walcourt.

Les formations devraient être multiples :

  • un lieu de formation qualifiant

  • passage de grade pour les fonctionnaires communaux

  • formations pour les enseignants, les policiers, les ambulanciers, aides soignants, aides ménagères, …

Une convention pour une durée de 5 ans, résiliable par chacune des parties à la fin de chaque « année scolaire » a été signée entre la commune de Gedinne et l’Institut Provincial.

Les frais notamment de chauffage, d’électricité et d’entretien des locaux seront pris en charge par la Province.

Du côté de la minorité ce n’est pas l’enthousiasme. La conseillère Sylvianne Simon (Aux12GEDIoui) s’inquiète du nombre de participants à ces formations. Pour qu’une formation soit maintenue sur le site de l’ancien lycée, il faut qu’au moins 12 personnes participent à cette formation. Or, sur 34 personnes inscrites initialement à la première formation « commune » prodiguée sur le site, seules 14 y participent encore. Ces 14 personnes seront donc amenées à choisir la même spécialisation (par exemple : aide-familiale) pour pouvoir continuer à se former à Gedinne… au risque de devoir se déplacer (à Namur ou ailleurs) pour pouvoir terminer leur formation, si 2 groupes de moins de 12 personnes manifestent leur désir de suivre 2 spécialisations différentes.

La conseillère Sylvianne Simon pointe aussi un manque de structure au niveau des horaires qui changent au fil des semaines avec un préavis de dernière minute.

Géraldine Godart (conseillère Ecolo & MC) demande suivant quel modus operandi seront choisies et organisées les formations.

Les formations seront suggérées en fonction des demandes mais c’est – apparemment – le comité de gestion qui décidera, signale le bourgmestre. Au sein du comité de gestion, la commune de Gedinne est représentée par son bourgmestre, la présidente du CPAS, l’échevine des affaires sociales et une coordinatrice communale.

Le vote de ce point obtiendra 11 oui et trois abstentions (Benoît Lefebvre, Jean Claude Grandjean et Sylvianne Simon, conseillers Aux12GediOui).

Association de projet Ardenne méridionale – Comité de gestion

Ce point a pour but de désigner un représentant communal selon la clef de répartition (4 MR / 3 CDH/ 1 PS).

Le bourgmestre Vincent Massinon est proposé. Le vote d’approbation se fera à l’unanimité.

ATL – CCA – Représentants communaux

De nombreuses communes ont souscrit au décret ATL (Accueil Temps Libre) pour améliorer et/ou mettre en place des structures d’accueil pour les enfants,durant leurs temps libres en période scolaire ou pendant les vacances..

Ce point a pour but de modifier la représentation gedinnoise à la CCA (Commission Communale de l’Accueil).

L’échevine Thérèse Colaux remplacera Daniel Normand. Point approuvé à l’unanimité.

Règlement complémentaire sur la police de la circulation routière – Zone 30 aux abords de l’école à Louette-St-Pierre

Vincent Massinon explique l’historique, le souci des parents qui se garent, l’idée de placer des ralentisseurs dans le périmètre, de placer des panneaux qui attirent l’attention des automobilistes sur le fait qu’ils sont à proximité d’une école…

Plusieurs questions et solutions sont abordées par les différents conseillers communaux.

Le Conseil communal décrète une zone 30 du n° 15 de la rue de France jusqu’au n° 9 de la rue des Sorets, y compris leur intersection, avec des signalisations adaptées.

On y ajoutera :

  • des marquages au sol « zone 30 »

  • une zone « dépose minute »pour que les parents ne se garent pas dans le virage à l’entrée de l’école

Se pose aussi le problème d’éviter le passage des véhicules poids lourds car cet itinéraire est renseigné sur les GPS comme étant le plus court.

Un panneau d’interdiction aux véhicules plus de 7,5 T existe à la demande de la France car la route est très étroite après la frontière, mais il est à la sortie du village.

La commune demandera à la RW de mettre la rue en circulation locale pour enlever l’itinéraire des systèmes de navigation GPS.

Point approuvé à l’unanimité.

Primes pour les anniversaires de mariage – Modification

Les primes sont revues à la baisse au 01/03/2019.

  • Noces d’or : 200 euros au lieu de 375 euros

  • Suivantes : 300 euros au lieu de 500 euros

Condition supplémentaire : le couple doit avoir été domicilié dans la commune à la même adresse depuis 5 ans minimum.

Cette prime est octroyée sous forme de chèque locaux.

La conseillère Géraldine Godart (Ecolo & Mobilisation Citoyenne) demande qu’elle soit proposée également en monnaie locale « Ardoise ».

Le bourgmestre signale que le directeur financier n’est pas « chaud » pour l’utilisation de cette monnaie dans les affaires communales, et Julien Grandjean argumente que c’est pour que le montant soit utilisé sur la commune de Gedinne (l’Ardoise permet une utilisation plus « large » qu’uniquement sur Gedinne).

Le groupe « Aux12GEDIoui » fait remarquer qu’il s’agit d’économies de bout de chandelle… ce qui est vrai… au regard de « l’économie » faite sur la location des baux de chasse, réagit Sylvianne Simon !

Le vote de ce point obtiendra 11 oui et trois non (Benoît Lefebvre, Jean Claude Grandjean et Sylvianne Simon).

Questions orales

  • Un processus ralentisseur aurait été installé à la seule demande d’un citoyen : les « 12 » demandent des explications. Il s’agirait d’une petite rue en circulation locale à Houdremont en allant vers Gedinne.

  • Sylvianne Simon remercie Vincent Massinon d’avoir communiqué les infos concernant les tarifs des activités proposées aux Arpents Verts ; le trajet en bus est compris dans le prix.

  • Les « 12 » reviennent sur la plaine de jeu des Arpents Verts qui est à nouveau cadenassée. Vincent Massinon explique que la tentative de la laisser ouverte a été tentée, et que le site a été trop régulièrement endommagé ou « pollué », à priori par des ados malveillants ou irrespectueux. Vincent Massinon ne désespère pas de refaire un test, en prévenant les citoyens du quartier, et en expliquant et interpellant les éventuels « coupables » de ces incivilités, par exemple via un toutes-boîtes.

  • Les « 12 » demandent s’il n’est pas possible d’installer un miroir ou un système de visibilité en sortie du vicinal en arrivant sur la route de Charleville : Le bourgmestre est d’accord ;

  • Les « 12 » reviennent sur l’InterReg qui est un beau projet. Ils proposent que l’on puisse organiser un « Beau vélo de Ravel » sur la commune, qui pourrait avoir de belles retombées pour celle-ci (même si cela a un coût de l’ordre de 25.000 €, et nécessite une grosse organisation de la part de la police et des bénévoles). L’idée aurait déjà été évoquée par le passé, et la commune pourrait se renseigner sur l’intérêt et l’opportunité d’examiner la question.

Parmi les questions posées,

  • Quentin Jacques (Ecolo & Mobilisation Citoyenne) interpelle sur le bruit que semble produire le système de co-génération installé au hall omnisports : les habitants les plus proches nous ont interpellés concernant cette « pollution sonore », évidemment surtout audible le soir et la nuit. S’interroger peut-être sur l’intérêt et la faisabilité de « systématiser » l’utilisation d’une telle solution sur d’autres sites de la commune, comme l’envisage le bourgmestre (voir PV du 12/02). Depuis le Conseil Communal, d’autres citoyens nous ont – encore – interpellés concernant le problème de bruit de fond généré par cette unité de cogénération installée à côté du hall omnisports. Il semble même que certains l’entendent jusqu’à Robio ! Il nous semble dès lors nécessaire que la commune se saisisse de ce problème, et tempère surtout sa volonté de « généraliser » ce type de solution sur d’autres sites de la commune. Nous encourageons la commune à placer des panneaux d’isolation phonique, afin d’atténuer la réverbération et la diffusion du bruit que provoque cette unité, et qui provoque une pollution sonore pour les voisins du hall omnisports, surtout la nuit et le week-end. Nous resterons attentifs à ce dossier, et ne manquerons pas de continuer à interpeller la commune afin qu’elle prenne la situation au sérieux.

  • Nous avons la même préoccupation concernant le bruit généré par les refroidisseurs situés à l’arrière du magasin Proxy Delhaize ; il serait judicieux de régler cette problématique avant sa reprise.